Spectacle en salle présenté en 2005 par les Tréteaux-Bâtisseurs.

Qui est Le Fils ?
Est-il vivant ou mort, bon ou mauvais, génial ou minable ?...

Cent personnages viennent témoigner de leur rencontre avec l'Absent, dont l'histoire s'élabore au fil de leurs paroles convergentes ou contradictoires…

Raconter la vie d’un homme, ce n’est jamais une chose facile. D’ailleurs, ils le savent bien, tous ces gens qui se promènent et se trouvent tout à coup confrontés aux souvenirs.

Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? On le saura peu à peu, toujours est-il qu’un jour ou l’autre ils ont croisé Le Fils, ils l’ont suivi, aimé, trahi, ils ont bu avec lui, ils l’ont compris ou ignoré, ils l’ont touché, frôlé, envoyé au tapis, ils l’ont porté aux nues, traîné dans la boue, ils l’ont éduqué, consolé, lui ont porté secours, ils l’ont sorti des sales affaires où il s’était fourré, ils l’ont embrigadé, menacé, ils l’ont attendu, détesté, séduit, protégé, ils ont cru le connaître, cru le suivre, cru l’aimer, cru le trahir, toujours est-il qu’un jour ou l’autre ils l’ont laissé pour mort.

Et c’est de ce mort-là qu’ils nous parlent.

Raconter la vie d’un homme, ce n’est jamais une chose facile. Car, au fond, la vie d’un homme, qu’est-ce que c’est ? Rien ! Peu de choses ! Du discours ! Des mots, des émotions ! Nous ne vivons que dans la mémoire des autres, mémoire trompeuse, défaillante, créatrice d’impostures, de faux pas et de faux papiers…

Mise en scène : Philippe Pflieger
Scénario : Christian Rullier